Galerie des Modernes

En | Fr

André Lanskoy

Cubisme, Abstraction, Ecole de Paris

(Moscou, 1902- Paris, 1976)

André Lanskoy

Andrei Michailovitch Lanskoy, mieux connu sous le nom d’André Lanskoy, naît le 31 mars 1902 à Moscou. Il est le fils aîné du comte Mikhaïl Mikhaïlovitch Lanskoy et de sa seconde femme Varvara Vassilievna Paroussinova. En 1918, après la Révolution d'Octobre, André Lanskoy se réfugie à Kiev en compagnie de sa famille, où il fréquente l'atelier ouvert par Alexandra Exter (1882-1949). En 1919, alors âgé de 17 ans, l’artiste s’engage dans l’armée tsariste et prend part à la guerre civile. Ayant contracté le typhus, il suit l'Armée blanche en débâcle jusqu'à Constantinople, puis part retrouver ses parents à Berlin. Lanskoy gagne Paris en 1921, ville qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort. Peu après, l’artiste commence à étudier la peinture à l’Académie de la Grande Chaumière. A cette période, André Lanskoy découvre le travail de Van Gogh, de Matisse, se lie avec Soutine dont on sentira l’influence dans son travail de cette époque. Il commence par peindre des paysages, des natures mortes et des portraits, dans la lignée slave, marqués par un aplanissement de la perspective.

L’année 1923 marque un tournant dans sa carrière : Lanskoy expose pour la première fois à la galerie La Licorne à Paris en compagnie d'artistes russes installés à Paris, dont Chaïm Soutine et Ilia Zdanevitch. Il vend son premier tableau à la galerie Vavin-Raspail. Il participe pour la première fois au Salon d'Automne. Wilhelm Uhde le remarque dès 1924, lui achète des œuvres et le recommande au marchand Henry Bing. Lanskoy signe alors un contrat de deux ans avec la galerie Bing. De plus, Uhde lui vient en aide pour sa première exposition individuelle en 1925. A cette époque, André Lanskoy expose également avec Robert et Sonia Delaunay, Leopold Survage, Ossip Zadkine et d’autres artistes russes vivant à Paris.  En 1932, du 5 au 17 février, il participe à sa première exposition à l'étranger, galerie des Artistes Français à Bruxelles, en compagnie de deux autres artistes russes : Iouri Annenkov et Jean Pougny. La même année, Lanskoy rencontre Alexandra Volinski qui s'installe chez lui avec sa fille Natalia.

Les œuvres de Lanskoy parviennent rapidement dans les musées et les collections d’art privées de renommée. A la fin des années 30, André Lanskoy prend progressivement ses distances par rapport à la représentation figurative pour travailler exclusivement de manière abstraite à partir de 1938. Il commence la réalisation d’une série de gouaches, où l étudie le découpage de l’espace à l’aide de grands traits blancs qui divisent ses sujets avant de décomposer les formes en transformant les personnages en un assemblage de formes aux couleurs douces. Lanskoy peint en pâte avec une matière riche et généreuse, ses harmonies, très colorées, sont sensibles et vibrantes.

La recherche continuelle de nouveaux moyens d’expression aboutit à des illustrations de livres, des tapisseries, des mosaïques et des collages. Une amitié profonde unit Lanskoy à Nicolas de Staël et ils exposent ensemble en 1948. Une importante exposition de son oeuvre est organisée à Paris en 1948 ; elle sera suivie par des expositions à Bruxelles, Londres, Lausanne, Zurich, New York, Berlin et ailleurs encore. Elles le font connaître et apprécier dans le monde entier. A cette époque et dans la décennie qui suit, la célébrité internationale de Lanskoy s’affermit, ce lorsqu’il montre par exemple ses travaux les plus récents en 1956 à New York chez Fine Arts Associates.  A partir des années 50, parallèlement à sa peinture, André Lanskoy réalisera des cartons pour la tapisserie, des illustrations d’ouvrages, comme Journal d’un fou de Gogol, etc. L’artiste produit une importante oeuvre sur papier, gouaches, collages, aimant à se servir de plusieurs médias créatifs sur un même support, lithographies. Il réalisera également des mosaïques. Lanskoy sera l'un des derniers représentants vivants de l’école russe.  En 1950, son œ,uvre est présentée dans l'exposition Advancing French Art à la galerie Louis Carré de New York. Elle réunit six artistes : Jean Bazaine, Maurice Estève, Hans Hartung, André Lanskoy, Charles Lapicque et Nicolas de Staël. Il participe aussi, en novembre, à l'exposition Young Painters U.S.A. and France organisée par Leo Castelli à la Sidney Janis Gallery, aux côtés de Jean Dubuffet, Nicolas de Staël, Pierre Soulages et des Américains Willem de Kooning, Mark Rothko, Franz Kline et Jackson Pollock. Son travail des années 50 et 60 est aujourd’hui le plus recherché par les collectionneurs, notamment les gouaches.

Au sein de l’Ecole de Paris, André Lanskoy compte parmi les représentants les plus importants de l’abstraction lyrique et c’est en tant que tel qu’il lui est rendu hommage par de nombreuses expositions telle que documenta II de 1958 aux côtés des artistes informels ou lors de l’exposition Les peintres russes de l'Ecole de Paris au Musée de Saint-Denis en 1960.

André Lanskoy meurt à Paris le 22 août 1976 à l’âge de 74 ans.

 

 

en savoir plus

Œuvre(s)