Galerie des Modernes

En | Fr

Henri Michaux

Abstraction - Tachisme

  • Sans Titre

Henri Michaux

(Namur, 1899 - Paris, 1984)

Sans Titre, 1957

Aquarelle et encre de Chine sur papier
Signée des initiales en bas à droite HM
50 x 65 cm 

Provenance :
- Galerie Daniel Cordier, Paris
- Collection Daniel Cordier

Expositions :
- Henri Michaux – Aquarelle, Temperabilder, Federzeichnungen, Mescalinezeichnungen, Galerie Daniel Cordier, Francfort, du 3 février au 15 mars 1959, reproduit au catalogue
- Henri Michaux – Aquarelle, Temperabilder, Federzeichnungen, Mescalinezeichnungen, Galerie Charles Lienhard, Zürich, du 6 avril au 9 mai 1959
- Grandes peintures à l'encre (encres, gouaches, dessins), Galerie Daniel Cordier, Paris, du 21 octobre au 21 novembre 1959, reproduit au catalogue

Bibliographie :
- Sera incluse au Catalogue Raisonné de l’œuvre d’Henri Michaux actuellement en préparation par Madame Micheline Phankim, Monsieur Rainer M. Mason et Monsieur Franck Leibovici

 

Henri Michaux cherche par divers moyens, à incarner, selon sa propre expression, « l’espace du dedans », c’est à dire son inconscient. Il invente un langage de formes qui exprime sa « fermentation intérieur », librement et de façon totalement arbitraire. Michaux utilise l’encre de Chine et l’aquarelle dont il apprécie particulièrement le rendu aléatoire sur le papier.

L’artiste s’exprime à ce sujet : « (…) Je cherche des surprises ; ça m ‘ennuierait de savoir ; ça me gênerait (…) c’est ce mouvement que je tiens à voir arriver, cet improvisé, ce spontané. C’est ce que j’aimais, je crois, dans l’aquarelle. Son eau, son trop d’eau, son inondation d’eau, qui va tromper, bousculer l’objet de mon attente (si j’en ai un), le noyer illico, m’éveiller enfin, bien obligé, obligé à de prodigieuses volte-face. Je me paraissais alors revenu à mes propres sources, immergeant miraculeusement tout le rigide qui avait su si dangereusement trouver installation en mon être ».

en savoir plus