Galerie des Modernes

En | Fr

Jean Dubuffet

Art brut, Collage, L'Hourloupe, Coucou Bazard

  • Paysage vert avec trois personnages

Jean Dubuffet

(Le Havre, 1901 - Paris, 1985)

Paysage vert avec trois personnages, 1949

Gouache sur papier 
Signée et datée en bas à gauche J. Dubuffet 49
21 x 25,7 cm  -  81⁄4 x 101⁄8 in. 

Provenance     :
- Collection Pierre Matisse, New York (acquis directement auprès de l’artiste)
- Collection Pierre-Noël Matisse, Paris (par succession)
- Succession Jacquelyn Miller Matisse (mars 2018), épouse de Pierre-Noël Matisse, Paris

Bibliographie     : 
Max Loreau, Catalogue des Travaux de Jean Dubuffet, fascicule V, Paysages grotesques, éd. Jean-Jacques Pauvert, Paris, 1965, décrit et reproduit à la p. 28 sous le n° 41

 

Paysage vert avec trois Personnages s’inscrit dans la série des Paysages Grotesques réalisée par Jean Dubuffet en 1949. Après trois séjours successifs au Sahara de 1947 à 1949, de retour en France, Dubuffet s’inspire des paysages du désert dont l’absence de tout repère, le conforte dans sa démarche nihiliste. Ainsi, en opposition à la représentation classique et réaliste du paysage, l’artiste se soustrait aux codes académiques en renonçant à imiter et reproduire un lieu perçu. Ici, le paysage est le voyage lui-même ; son rôle est de s’effacer pour nous entraîner loin …, le lieu devient incitation à l’errance, vagabondage de l’esprit. L’absence d’indice géographique dans cette série d’œuvres, permet à l’artiste d’explorer un paysage universel qui peut être n’importe quel lieu peuplé de personnages.

Dans Paysage vert avec trois Personnages, le fond et les figures humaines se confondent presque dans la matière travaillée en transparence, la palette chromatique est restreinte mais néanmoins très nuancée. Les trois figures humaines, plus ou moins expressives, se distinguent du paysage par leur tracé rapide, incisé dans la gouache.
Les Paysages du Grotesque amorcent déjà la préfiguration des cycles ultérieurs de Dubuffet de 1951 et 1952, tels Sols et Terrains, Paysages mentaux, Tables paysagées et Pierres philosophiques représentant des paysages à mi-chemin entre le réel et l’imaginaire, à mi-chemin entre l’appartenance aux lieux objectivement représentés ou au seul monde mental du peintre.

DUBUFFET ET LE GRAFFITI
Le Graffiti est un idéal pour Dubuffet. Ces signes gravés sur les murs, qui peuvent paraître banals voir triviaux, bien qu’anonymes expriment un sentiment populaire puissant et accessible à tous. Dans les années 40, Dubuffet parcourt les rues de Paris à la recherche de « gravures sur les murs » qui inspireront sa propre création artistique et qui préfigureront ses recherches sur l’Art Brut. Cette pratique dont les origines remontent au début de l’humanité captive les avant-gardes européennes des années 30 et 40 et surtout les Surréalistes dont Picasso et Miro. En 1945, Dubuffet acquiert auprès de Brassaï des photographies de sa célèbre série Graffiti.

   

BRASSAÏ - Graffiti, circa 1950 - Deux photographies argentiques en noir et blanc - Tate Modern, Londres

 

C’est en 1940 que fut révélée la grotte de Lascaux et ses peintures rupestres datant de l’ère paléolithique. Cette découverte essentielle pour l’art pariétal inspirera de nombreux artistes.

L’homme blessé, Paléolithique (– 20 000 ; - 12 000 ans)
Art pariétal, grotte de Lascaux, Montignac

en savoir plus