Galerie des Modernes

En | Fr

Maurice Denis

Nabi, symboliste

  • La Jeune Violoniste

Maurice Denis

(Granville, 1879 - Paris, 1943)

La Jeune Violoniste, 1911 - 1912

Fusain, pastel et rehauts de craie blanche sur papier
Signé à la mine de plomb en bas à gauche MAURICE DENIS
59,6 x 39,1 cm


Certificat numérique d’authenticité établi par Madame Claire Denis, fait à Saint-Germain-en-Laye le 21 novembre 2019

Dessin préparatoire pour le tondo L’Orchestre de la coupole du Théâtre des Champs-Élysées, Paris, 1912
Le modèle est la seconde fille de l’artiste, Bernadette, âgée de 12 ans

Provenance     :  
- Jacques Doucet (1853-1929), Neuilly-sur-Seine 
acquis en 1912-1913 directement auprès de l’artiste
Maurice Denis vend vingt dessins préparatoires pour le décor peint du Théâtre des Champs-Élysées au célèbre couturier et collectionneur mythique Jacques Doucet
- Vente Collection d’un amateur (Jacques Doucet). Aquarelles, Pastels et Dessins modernes, Paris Hôtel Drouot, des 28 et 29 décembre 1917, sous le n° 87 (reproduit au catalogue)
- Galerie Druet, Paris, 1917, acquis à la vente de décembre 1917
- Gabriel Thomas (1854-1932), acquis le 7 janvier 1918 auprès de la Galerie Druet 
Gabriel Thomas était un important financier et promoteur notamment de la construction du Théâtre des Champs-Élysées. C’était également un grand collectionneur d’art. Il était ami et amateur de Maurice Denis dont il possédait une centaine d’œuvres. 
- Vente Gabriel Thomas, Paris, du 13 juin 1946, sous le n° 14
- Docteur Ducroquet
- Maître Paul Lombard (1927-2017), célèbre avocat et grand collectionneur
- Collection privée, Paris 

Bibliographie     : 
- Louis Rouart, éditeur, Paris, avec préface d’André Pératé, album de 25 planches d’après des sanguines ou dessins de Maurice Denis selon le procédé Marty, vers 1913, reproduit pour le fac-similé XV : Étude pour le médaillon de l’Orchestre (Bernadette au violon)
- Sera inclus dans le Catalogue raisonné de l’œuvre de Maurice Denis, actuellement en préparation par Madame Claire Denis

 

Précurseur du style Art Déco, le Théâtre des Champs-Élysées est l’un des plus beaux temples parisiens dédiés aux arts. Inauguré en 1913, il a été édifié par un groupe d’artistes : Henry Van de Velde (1863-1957) et Auguste Perret (1874-1954) pour l’architecture, Antoine Bourdelle (1861-1929) pour les bas-reliefs extérieurs et les fresques sur béton armé à l’intérieur et Maurice Denis (1870-1943) pour les peintures de la coupole réunies sous le thème de L’Histoire de la musique. 

La coupole de Maurice DENIS : L’Histoire de la musique :
La frise de cette coupole est la plus imposante œuvre monumentale profane de Maurice Denis. Véritable chef-d’œuvre témoignant de l’inspiration chrétienne de sa peinture, de l’importance de son entourage (famille et amis) ainsi que de ses goûts musicaux. 
Quatre médaillons - La Sonate, Le Chœur, L’Orgue et L’Orchestre - s’intercalent entre les quatre principaux panneaux - L’Orchestique grecque, L’Opéra, La Symphonie, Le Drame Lyrique. 
« Quelque chose de son cœur y habite » affirma Henry Cochin (1854-1926), « on est là comme en famille ». En effet, le peintre représente dans sa frise les visages aimés de ses proches (telle sa seconde fille Bernadette jouant du violon dans L’Orchestre et sa quatrième fille Madeleine chantant dans Le Chœur) ou de ses amis (Blanche Selva au piano dans La Sonate). 
La frise de Maurice Denis est fondée sur l’idée que les différentes formes musicales constituent des maillons d’une même chaîne reliant le passé au présent. L’art n’a pas de fin. Dans son ouvrage Théories 1890-1910. Du symbolisme et de Gauguin vers un nouvel ordre classique, publié en 1912, le peintre redéfinit sa position, affirmant son retour à l’imitation de la nature et à la discipline classique. Le tableau contient les symboles d’une émotion que l’artiste traduit par des déformations subjectives, en restant toutefois fidèle aux exigences classiques. La nature doit être suggérée, interprétée mais rester identifiable. L’heure n’est plus à la peinture des impressions, mais plutôt à celle des symboles de l’âme. Même après la disparition des Nabis, Maurice Denis restera fidèle à la voix symboliste. 

Coupole du Théâtre des Champs-Elysées peinte par Maurice Denis

 

Maurice DENIS - L’ORCHESTRE (TONDO DE LA FRISE DU THEATRE DES CHAMPS-ÉLYSEES)
Cliché photographique paru dans la revue L’Art et les Artistes, novembre 1923, 
Numéro Spécial Maurice Denis,  reproduit à la p. 51 

en savoir plus