Galerie des Modernes

En | Fr

Sam FRANCIS

abstraction américaine, dripping, all over, tâchisme

  • Untitled

Sam FRANCIS

(San Mateo, 1923 – Santa Monica, 1994)

Untitled, 1959

Acrylique sur papier
Signée et datée au dos Sam Francis 1959
12,5 x 20 cm             4 7/8 x 8 inches

verso de l'oeuvre

Provenance :
- Galerie Beleyer ?, Bâle
- Galerie Melki, Paris

Bibliographie :
Enregistrée dans le Sam Francis : Catalogue Raisonné of Unique Works on Paper actuellement en préparation par la Sam Francis Foundation sous le numéro de recherche provisoire SF59-552

 

1944 est une année essentielle dans la vie de Sam Francis. Alors qu’il est aviateur dans l’armée, il est victime d’un grave accident d’avion dans le désert de Californie. Hospitalisé deux ans et dans l’incapacité de bouger, Sam Francis cherche un moyen de s’évader. Il découvre alors la peinture et commence à peindre des nuages, le ciel, les étoiles et l’espace infini … « Ma peinture est venue de la maladie. J’ai quitté l’hôpital à travers ma peinture. Je souffrais dans mon corps […] et c’est parce que je fus capable de peindre que je pus me guérir. »
A sa sortie d’hôpital, Sam Francis suit des études d’art à l’Université de Berkeley. Il admire le travail de Clyfford Still, son professeur, une des figures majeures de la première génération d’Expressionnistes abstraits américains et découvre à la même époque, les œuvres de Jackson Pollock, Franz Kline et Willem De Kooning. Cette rencontre artistique est une révélation et lui donne, une « justification » artistique pour poursuivre ses propres recherches abstraites. 

Jackson POLLOCK (1912-1956)                             
Shimmering Substance, C. 1946                                    
Huile sur toile
Museum of Modern Art, New York   

Claude MONET (1840-1926)                               
Nymphéas, (1914-1920) – Vue partielle des 8 compositions
Huiles sur panneaux
Musée de l’Orangerie, Paris 

 

Sam Francis quitte en 1948 sa Californie natale pour la France et s’installe à Paris jusqu’en 1960. Il y découvre les Nymphéas de Monet, les œuvres de Matisse et de Bonnard. « La peinture française pleine de lumière et de couleurs, lumière-espace-couleur », il dira plus tard « j’ai fait du Monet tardif sous une forme pure ». Il admire les couleurs des Nymphéas qui semblent être en changement permanent. 
Cette influence à la fois américaine et française est pour lui une source d’inspiration qui le guide dans ses recherches picturales. Sam Francis incorpore des éléments de l’Expressionnisme abstrait et de l’Impressionnisme pour créer un style unique d’Abstraction picturale. Il développe une esthétique dont le sujet est la peinture elle-même, la tâche et la couleur. 

Notre œuvre, Untitled, 1959, illustre parfaitement cette libération de la couleur. Sam Francis utilise la technique du « dripping » qui consiste à tremper le pinceau dans la peinture et la projeter ou l’égoutter sur le support. Il obtient, de cette façon, une constellation de petites tâches colorées qui font penser à la voie lactée et donne une impression d’infini. La surface semble se prolonger au-delà des bords (« all-over »).  Ainsi, l’œuvre n’a pas de sens de lecture, ni même de sens d’exposition. Le bleu, souvenir ou hommage à Matisse, forme des réseaux de tracés gestuels qui semble rejeter les autres couleurs.

en savoir plus