Galerie des Modernes

En | Fr

Fernand Leger

  • Rimbaud

Fernand Leger

(Argentan, 1881 - Gif-su-Yvette, 1955)

Rimbaud, 1948

Gouache sur papier
Signée des initiales en bas à droite F.L
Datée en bas à droite 48
Porte l’inscription manuscrite au dos signée de Louis Grosclaude, éditeur : 
La présente gouache est une œuvre authentique 
de Fernand Léger. Elle m’a été remise par 
l’artiste à Paris le 29 novembre 1948 
Lausanne février 1949. 
L. Grosclaude

65,5 x 50,9 cm

Provenance
- Louis Grosclaude, Suisse
- Collection privée

 

Certificat d’authenticité du Comité Léger daté du 14 décembre 2016

 

En 1948, Louis Grosclaude, éditeur des Editions des Gaules  demande à Fernand Leger de réaliser des illustrations de poèmes extrait des Illuminations d’Arthur Rimbaud pour une édition bibliophile dont le tirage préfacé par Henri Miller est limité à 400 exemplaires + 10 exemplaires pour les collaborateurs et de 15 compositions originales.

 

Fernand Léger en guise d’illustration pour les Illuminations aux éditions des Gaules (1949) peint la figure du poète maudit en y insérant des couleurs mises en vers dans le célèbre sonnet des Voyelles : du noir, du rouge, du blanc, du vert et du bleu.

Le portrait de Rimbaud a été réalisé par Fernand Léger pour illustrer le frontispice du recueil « Les Illuminations » d’Arthur Rimbaud, paru en 1949.

Parmi, les projets préparatoires du portrait de Rimbaud que Léger a réalisé de façon plus synthétique, notre portrait est sans doute celui qui s’approche le plus du portrait photographique de 1871 par Etienne Carjat. Léger reprend le regard perdu au loin, les cheveux souples ainsi que les détails vestimentaires, le boutonnage du gilet et le nœud qui ornemente le col. 

Rimbaud, 1871 par Etienne Carjat (1828-1906)     Médaillon – 8 x 4,2 cm

Ce portrait d’Arthur Rimbaud est l’image la plus universellement connue du jeune poète âgé de 17 ans. Souvent utilisée pour symboliser la jeunesse, la rébellion ou le romantisme, elle a acquis un statut d’icône.

Le tirage original a disparu mais le dramaturge et poète Paul Claudel (1868-1955) possédait un retirage ancien qui est conservé à la Bibliothèque Nationale de  France.

Plusieurs artistes se sont emparés de ses cheveux hirsutes, de son foulard mal mis et de ses yeux clairs.

  Pablo Picasso - Portrait de Rimbaud, 1962

Alberto Giacometti, esquisse un tracé tout en sobriété de « Rimbaud » publié dans Rimbaud vu par des peintres contemporains (1962) 

Jime Dine, Rimbaud wounded in Brussels, 1973

Les Illuminations est le titre d'un recueil de poèmes en prose ou en vers libres composés par Arthur Rimbaud (1854-1891) alors âgé de 19-21 ans. Rimbaud, qui avait depuis longtemps renoncé à la poésie et vivait en Abyssinie, ignora cette publication. Selon le témoignage de son ami le poète Paul Verlaine (1844-1896), l'ouvrage "fut écrit de 1873 à 1875", et publié partiellement en 1886  puis, dans son intégralité, à titre posthume, en 1895. C'est le troisième et dernier recueil de Rimbaud après ses Poésies et Une saison en enfer.

Le titre du recueil que l'on ne trouve nulle part écrit par Rimbaud mais dont Verlaine a certifié l'authenticité, tout comme celle du sous-titre "Painted plates" (assiettes colorées), confirme qu'il faut entendre "Illuminations" dans le sens anglais (illuminating) d'enluminures, ces textes ornés et colorés des anciens manuscrits, du texte et des images.

 

Edition originale de 1886 accompagnée d'une notice en préface signée Paul Verlaine et avec comme nom d'éditeur « Publications de La Vogue » 

en savoir plus